Les Cheminots exigent le Droit...dans tous les cas !

  • UDCGT34
  • lacgt34

Le syndicat CGT des cheminots porte à la connaissance de tous la situation dans laquelle un salarié de l’entreprise publique de service public est traité par la direction SNCF.

 Ce dernier a été recruté sous plusieurs contrats à durée déterminée  du 03/05/2004 jusqu’au 02 /06/2007 soit pendant plus de 3 ans. Dans son parcours, il a travaillé dans plusieurs gares et services, en l’occurrence l’Escale, puis les guichets .

A l’issue de son dernier contrat à durée déterminée, la SNCF a continué à lui donner du travail sur la base des bulletins de commande qui lui ont été donnés, et ce sans lui renouveler de contrat.

 

L’Article L122-3-10 du Code du Travail est très clair « Si la relation de travail se poursuit après l’échéance du terme du contrat, celui-ci devient un contrat à durée indéterminé ».

Comme la loi lui reconnaît le droit, il est donc en CDI depuis le 03/06/07. De ce fait, il a continué à exercer son métier, en respectant scrupuleusement ses bulletins de commande.

 La direction de l’entreprise ne l’entend pas de cette oreille.

Ainsi à la date du 10 Août, il s’est vu refusé l’accès à son poste de travail par sa hiérarchie.

 Depuis cette date, les pressions ne manquent pas pour qu’il renonce à ses droits, tout est permis : pression pour qu’il ne vienne pas travailler, intimidation, intervention d’un huissier de justice pour constater sa présence dans les emprises de la SNCF.

 Là aussi le code du travail est clair, les dispositions de l’Article L120-4 du Code du Travail confirmé dans son application par la Cour de Cassation obligent la SNCF à lui fournir du travail.

 Pendant des années, ses dirigeants n’ont fait que  l’encourager pour qu’il serve au mieux les usagers et depuis qu’il fait reconnaître ses droits, il est mis au banc des accusés et traité de coupable.

La CGT et les Cheminots de Montpellier ne peuvent accepter cette situation de harcèlement visant à faire démissionner ce jeune homme de 23 ans.

Ces actes sont qualifiés de scandaleux et inhumain par les cheminots de Montpellier.

 Comment expliquer qu’une entreprise publique comme la SNCF qui se doit de montrer l’exemple enfreint la loi et ne respecte pas les droits de ses salariés.

 La réponse vient peut être de son obnubilation à vouloir supprimer des emplois, car la SNCF est de loin l’entreprise qui supprime le plus d’emplois en France et dans le Languedoc Roussillon.

Au 31/12/2007, elle aura supprimé plus de 16000 emplois en France en 4 ans et plus de 964 dans la région en 5 ans.

 

Devons-nous rappeler que cette même stratégie suicidaire qui tend à vouloir réduire les coûts sociaux, nous a conduit pour une large part dans la situation dégradée que nous connaissons aujourd’hui :

-         La disparition du FRET sur Montpellier

-         La fermeture de services (Ligne directe, objets trouvés…)

-         des guichets ont été supprimé

-         des files d’attente qui s’accentuent

-         Du personnel d’accueil en moins dans les gares et dans les trains

-         Des trains supprimé ou en retard

-         Du matériel vétuste

-         ……..ETC

  Au regard des conséquences pour l’entreprise SNCF et des enjeux de société qui dépassent celle-ci, les cheminots doivent-ils se taire et ne pas exiger d’autres orientations, la CGT dit résolument NON !

 Face à une telle stratégie d’adaptation de l’outil ferroviaire à la baisse (on ne fixe plus d’objectifs de développement !), comment peut on affirmer à grands coups d’opérations de « COMMUNICATION », que ce sont la grève et les cheminots qui sont les responsables de ce déclin.

 Alors que le projet de loi sur le droit de grève et le service minimum vient d’être validé hier par le conseil constitutionnel, avec pour application au 1er Janvier 2008, nous osons imaginer ce dont sera capable la SNCF dans le respect de l’application des droits élémentaires de ses salariés.

 Nous avons alerté la direction de la SNCF à maintes reprises que si elle ne revenait pas à des meilleures considérations, la CGT avec d’autres forces ne laisseraient pas faire et en appelleraient à la mobilisation des cheminot(e)s !

 
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog