La colère des salariés de la grande distribution doit être entendue !

  • UDCGT34
  • lacgt34

Fort du succès de la journée d’action du 1er février dans la grande distribution alimentaire.

 Des milliers de salariés ont exprimé leur ras le bol et leur colère sur la question des salaires, de l’emploi et du repos le dimanche.

 Cette très forte mobilisation a mis en évidence l’empressement des salariés et leur détermination à obtenir des réponses à leurs revendications.

 Cette colère sociale doit être entendue par le patronat et le gouvernement.

 La fédération Cgt du commerce appelle les salariés à rester vigilants, sur les évolutions des négociations dans les entreprises et dans la branche professionnelle.

 Cette colère sociale doit naturellement trouver son prolongement unitaire à faire exprimer les exigences revendicatives, y compris dans l’action, pour peser notamment sur les négociations annuelles des salaires.

 Le ministère du travail ne peut rester sans réponse sur la proposition des fédérations FO/FGTA, CGT, et la CFDT sur leur demande d’une médiation au Ministère du Travail.

De son côté, la fédération patronale doit immédiatement rouvrir les négociations à partir des revendications salariales.

Les salariés ne peuvent se satisfaire d’une proposition de grille de salaire qui se situera, encore une fois, en dessous du SMIC après la revalorisation annuelle gouvernementale de 2008.

Les salariés ne sont pas dupes, vis-à-vis du méprisant chantage de Jérôme Bédier, sur le temps partiel imposé aujourd’hui !

 A ce stade et sans réponse positive à nos demandes, la Cgt engagera avec les salariés et dans une démarche unitaire, une large consultation, afin de décider ensemble, sur toutes formes d’actions à poursuivre, sans exclure une nouvelle journée d’action nationale.

Montreuil, le 6 février 2008

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog